mar 272014
 

 

Le meeting de la gauche mercredi soir à Rennes a été annulé.

 

Une cinquantaine d’activistes ont envahi la salle de la Cité avant le début de la réunion.

 « Si chacun doit être libre dans la République d’exprimer son opinion, empêcher le débat démocratique n’a jamais fait avancer une cause quelle qu’elle soit. »

Nathalie Appéré, candidate au second tour des municipales à Rennes, a eu ces mots au moment où le meeting de la gauche unie qui devait se tenir à la salle de la Cité a été annulé.

Les manifestants dénoncent l’expulsion d’un étudiant guinéen

Une cinquantaine de manifestants, se prétendant étudiants, ont investi la salle, en criant « libérez Ali, libérez Ali ! »

Ils protestent contre l’expulsion qui vise un étudiant guinéen. Les manifestants sont intervenus bruyamment avant le début du débat. Ils sont montés sur la scène, empêchant la tenue du meeting. Les organisateurs ont été contraints d’annuler.

Source : La presse, Ouest France.

CRAN a publié 29 articles

Nous nous sommes organisé-e-s en collectif depuis 2007. Nous sommes principalement caennai-se-s. Pour certain-e-s d’entre-nous la lutte anti-nucléaire n’est pas nouvelle. Nous étions un certain nombre par exemple à organiser un espace autonome avec la coordination contre la société nucléaire au sein du Village Alternatif Autogéré et Anti-Nucléaire d’avril 2006 à Cherbourg. Nous nous sommes réuni-e-s autour d’un projet commun contre le nucléaire et la société dans laquelle il se développe. Pour affirmer notre refus du nucléaire et de ses désastres quotidiens de la Biélorussie à Cherbourg. Pour dénoncer la prolifération de l’armement nucléaire et le développement de la société de contrôle social et policier qui lui sont intimement liés. Pour s’opposer à la dictature de son armada d’experts et l’expropriation de nos propres vies qui s’y déploient. Également pour remettre en lumière le lien entre nucléaire et capitalisme et insister sur la nécessité de rompre avec la notion de développement fut-il durable… Nous nous sommes réuni-e-s également autour de pratiques communes : l’action directe contre les nucléocrates et leurs entreprises de destruction du vivant, le refus des logiques électoralistes et du fétichisme organisationnel (politique ou syndical), la réappropriation de l’histoire de la lutte antinucléaire, à travers la réédition de textes anciens ou plus récents, l’échange d’infos et d’analyses sur la question du nucléaire.
Sitemap