Qui sommes nous ?

 Posted by on 22 juillet 2012 at 12 h 26 min
 

SOUS-LA-CENDRE EST UN OUTIL COLLABORATIF sur le net initié par l’Assemblée Libertaire de Caen (qui n’existe plus), mais ce site internet est indépendant de celle-ci… L’idée est de partager des informations et des ressources locales ou qui viennent d’ailleurs, mais également de permettre aux collectifs, organisations, mouvements de lutte anti-autoritaires locaux de prendre la parole. Vous y découvrirez des infos locales ou internationales (qui nous semblent pertinentes à diffuser) ou encore des textes, analyses politiques, mais aussi des ressources à télécharger (comme des journaux, des tracts, des textes, des revues, des brochures), un agenda des activités locales, un annuaire de sites anti-autoritaires…

DES COLLECTIFS ET DES INDIVIDU-E-S PARTICIPENT A ALIMENTER CE SITE qui ne cherche pas à offrir une homogénéîté théorique mais à permettre la diffusion de différents points de vue anti-autoritaires (anarchistes, anarcho-communistes, féministes, autonomes, conseillistes, etc.).  Cet outil n’est ni l’organe d’un collectif ou d’une organisation, ni l’expression d’un point de vue unique, mais il se refuse à diffuser les textes d’obédiences autoritaires. Sous la cendre, n’a pas été conçu comme un site où la publication est ouverte à tous et toutes, par manque de disponibilité en terme de modération, mais également parce que nous pensons que l’outil informatique à tendance à tendre les relations sociales en les dématérialisant. Les formes « forum » ou « commentaires » que certain-e-s d’entre nous ont déjà expérimentés ont souvent pâti de discussions stériles et agressives qui n’ont souvent d’autres buts que l’autovalorisation de leurs auteurs et rédactrices. Nous sommes malgré tout  contactables via la rubrique « contact » pour nous faire part de critiques ou demander leur publication.

L‘INFORMATIQUE ET LE NET SONT POUR NOUS LOIN D’ETRE CES OUTILS EMANCIPATEURS que des journalistes ou  certains courants se réclamant du libertarisme vantent. Le fichage y est généralisé, le profilage s’y déploie en même temps que les veilles documentaires économiques et policières. L’expérience vécue par les compagnon-ne-s du Jura libertaire en mai 2011 ou les menaces de poursuites ou les poursuites en cours contre différents Indymédia et Copwatch sont à ce titre éclairantes. Nous ne pouvons que conseiller à ceux et celles qui utilisent ce site de veiller s’il-elle-s le désirent à leur anonymisation. Nous ne souhaitons pas devenir à notre insue de nouveaux citoyens-relais à même de contribuer à l’élargissemment de fichiers déjà existant autour de la prétendue menace anarchiste, ultra-gauche ou autonome. Sans oublier qu’internet contribue activement à l’architecture d’un système capitaliste que nous vomissons. Combien de centrales nucléaires faut-il pour que continue de tourner les flux d’information si chers à nos sociétés marchandes ? Jusqu’où par le bais de ces outils d’espionnage et de marketing le net s’immisce-t-il dans nos vies privées ? En quoi le net contribue-t-il activement à notre atomisation et à la dématérialisation de nos vies au profit de la marchandise ?

NOUS AVONS TOUT DE MEME CHOISI DE CREER CE SITE parce que nous savons que notre désertion de cet espace ne suffirait bien évidement pas à le voir s’effondrer, mais surtout parce nos autres outils de diffusion d’informations et d’analyses plus directs – journaux, revues, espace de discussion, etc. – sont aujourd’hui beaucoup trop limités. Nous espérons même, peut-être naîvement, que ce site puisse contribuer à briser ce rapport immatériel pour propager rencontres plus directes, discussions… et favoriser la réapprioriation d’analyses, d’idées et de pratiques à même de participer à attaquer  l’Etat et le système marchand.

NOUS SOMMES UN PEU DE LA BRAISE QUI COUVE SOUS LA CENDRE et qui parfois se manifeste. Nous écrivons, luttons, gueulons, nous organisons pour résister à la volonté du capital, de l’Etat, de leur zélés défenseurs et faux critiques, d’éteindre le feu qui agite ceux et celles que ce monde dégoute. Ce n’est pas que nous voulons mettre ce monde en cendre, mais bel et bien que nous cherchons à  lui en opposer un autre que nous commencons à construire ici et maintenant. Et ce site est un outil parmis d’autres de cette lutte.

Sous la cendre, Septembre 2012.

Sitemap