juil 022014
 
gargouille.jpg

Nous diffusons deux textes qui expliquent comment le national-nucléarisme a saisi un Japon meurtri par la catastrophe de Fukushima. Dans le premier, Le désastre de Fukushima et les 7 principes du national nucléarisme, Thierry Ribault fait le point sur la situation japonaise suite au désastre survenu à Fukushima. Il explique comment nationalisme et nucléarisme se complètent à merveille pour produire un monde où la catastrophe, niée, soumet et discipline.

« L’idéologie qui fonde la société nucléaire, dont se sont dotés les défenseurs en profondeur du nucléaire et à laquelle les populations se soumettent, est organisée autour de la déréalisation de la perception du monde. Elle fait le choix, quand elle le juge nécessaire, d’annihiler la vie au nom de l’intérêt national et de déposséder les individus de leur propre existence et de leur liberté au nom d’un supposé intérêt collectif servant de paravent à des intérêts industriels supérieurs. Pour ce faire, cette idéologie légitime et organise la coexistence d’une technologie des plus avancées, avec une profonde régression de la conscience. Je qualifie cette idéologie de national-nucléarisme, car lors- que la vérité est scandaleuse, les mots trop légers en viennent à falsifier la réalité des souffrances qu’ils nomment. Les sept principes sur lesquels repose le national-nucléarisme sont ici présentés, à partir de l’observation de l’administration du désastre inachevable de Fukushima, qui marque une étape nouvelle du progrès dans la morbidité. (…) »

Dans L’infamie gagne du terrain Nadine et Thierry Ribault dénoncent  le colloque « Créer et penser avec Fukushima ». Aujourd’hui, comme hier avec Tchernobyl, penseurs, écrivains, sociologues, photographes pensent avec la catastrophe transformée en sujet d’étude. Ce qui s’évanouit alors par miracle c’est la catastrophe elle-même. Les mots même de radioactivité, nucléaire, radiations deviennent soudain tabous. Il ne s’agit plus que d’expliquer comment filmer, dire, écrire.

 »  Deux  enseignants et  écrivains,  Michaël  Ferrier  de  l’université Chuo  à  Tôkyô, et Christian Doumet, de  l’université  Paris  8, membre de  l’Institut  Universitaire de France,
organisent  du 12 au 14  juin  à  Paris,  à  l’INALCO  et  à  la  Maison  de  la  culturedu  Japon,  une  «  Rencontre internationale  »  intitulée « Penser/Créer avec  Fukushima ».  (…) Véritable  tour  de  force  de  ce colloque  de  trois  jours relatif au désastre,  les mots « nucléaire », « radioactivité  »  ou  «  irradiation  » n’apparaissent  à  aucun moment (…) »

Lire le suite, ou télécharger les textes, dans le bibliothèque du site, dans la catégorie Écologie, nucléaire, anti-industrialisme, paysannerie, nécrotechnologies ici : http://sous-la-cendre.info/bibliothequerevues?dl_page=2

anonyme a publié 71 articles

Sitemap